Les réponses à vos questions

Factoring

 

1. Le factoring est-il développé en Europe ?

Le factoring est un moyen de financement qui se développe dynamiquement en Europe, étant le premier marché d’affacturage au monde (si on exclut la Chine). Il constitue une alternative très intéressante au crédit bancaire dont les critères d’obtention sont en général stricts et le fonctionnement peut s’avérer moins souple.

2. A quels types d’entreprises le factoring est-il adapté ?

Le factoring est un moyen de financement adapté à tout type d’entreprise, dans divers secteurs d’activité, d’où aussi l’existence de produits d’affacturage variés. Il existe des solutions pour les PME (y compris start-up), mais également de très grandes entreprises. Pour les PME il s’agit avant tout de sécuriser le financement, réduire le risque clients et optimiser la gestion des débiteurs. Les grandes entreprises y recourent souvent pour diversifier leurs sources de financement et optimiser leurs ratios de bilan à travers des solutions déconsolidantes.

3. Qu’est ce qui est important dans le choix de la société d’affacturage ?

Chaque société d’affacturage (factor) a ses lignes de refinancement, ses types de produits et son mode de fonctionnement. Il est toujours préférable de comparer les différentes offres des factors et de les analyser en détail par rapport à un certains nombres de points, comme la simulation du prix annuel, la durée du contrat, les éventuelles limitations du financement, etc. Le choix du bon partenaire est essentiel pour pérenniser la bonne gestion de trésorerie de l’entreprise.

4. Le factoring n’est-il pas perçu négativement par les clients de la société qui décide d’y recourir ?

Non, ceci est une vision dépassée qui n’est plus d’actualité aujourd’hui. Beaucoup d’entreprises utilisent le factoring car c’est un moyen de financement souple et pratique qui permet de pérenniser leur croissance ou optimiser le fonds de roulement. En France, même des entreprises du CAC40 ont recours au factoring.

5. Quels sont les coûts d’une solution de factoring ?

En principe, le coût du factoring est composé, d’une part, de la commission d’affacturage qui est un pourcentage fixe calculé sur le montant des factures financées et, d’autre part, d’un taux d’intérêts p.a. qui s’applique sur la ligne de financement. Des coûts annexes peuvent s’y ajouter en fonction du factor, d’où l’importance d’une analyse globale précise.

6. Combien de temps faut-il pour mettre en place un contrat de factoring ?

La mise en place d’un contrat de factoring est en général très rapide (1 à 3 semaines).

7. Est-il nécessaire de confier au factor tous les débiteurs ?

Il est possible de confier au factor uniquement un nombre limité de débiteurs ou alors leur intégralité. Tout dépend de la structure du portefeuille clients de la société et de ses besoins.

8. Faut-il changer les process de facturation pour faire du factoring ?

Non, les factors n’imposent pas un changement de process de facturation. Par contre, la facture de ventes doit être établie correctement et la livraison (prestation) acceptée par le client, ce qui d’habitude est le cas.

 

Assurance-crédit

 

1. L’assurance-crédit est-elle développée en Suisse et Europe ?

L’assurance-crédit est particulièrement présente dans les pays d’Europe de l’ouest comme l’Allemagne, la France ou encore le Royaume-Uni. Cette expansion est allée de pair avec le développement des facilités de paiement (ventes à crédit) faites aux acheteurs. En Suisse, l’évolution a été plus lente mais la mise en place de ce type de solution s’est intensifiée au cours des 20 dernières années, notamment sous l’impulsion des banques (sécurité) et de l’implantation d’entreprises européennes utilisant très souvent ces solutions.

2. A quels types d’entreprises l’assurance-crédit s’adresse-elle ?

Dès lors que l’entreprise vend à crédit, elle prend un risque de crédit et peut être éligible dans la majorité des cas.

3. Qu’est ce qui est important dans le choix d’un assureur-crédit ?

L’assurance-crédit est un domaine très complexe, souvent en marge des autres domaines d’assurance. La tarification et l’appétit pour le risque (limites de crédit) sont deux premiers critères importants dans le choix de l’assureur mais de plus en plus, les conditions contractuelles, le niveau de service et la connaissance par l’assureur de la problématique de l’entreprise sont prises en compte.

4. Si je vends à des clients de longue date ou à des multinationales, quel est mon intérêt de s’assurer-crédit ?

Les entreprises qui travaillent avec des multinationales ou des clients de longue date ont souvent l’impression qu’elles ne seront jamais concernées par les risques de non-paiement. La réalité est souvent différente. Le risque de non-paiement avec une multinationale est certes plus faible (et le prix de l’assurance s’en ressent), mais il existe bien et ses conséquences sont dramatiques car elles entrainent souvent la disparition de fournisseurs. Quant aux clients de longue date, un bon historique ne plaide pas forcément en leur faveur.

5. Quels sont les coûts d’une solution d’assurance-crédit ?

Le coût d’une solution d’assurance-crédit consiste en un pourcentage (en général, il s’agit d’un pour-mille) du chiffre d’affaires assuré. Une prime minimum est garantie à l’assureur et quelques frais annexes (coût d’information sur les limites de crédit) sont également à prendre en considération.

6. Combien de temps faut-il pour mettre en place un contrat d’assurance-crédit ?

L’étude de solutions d’assurance-crédit est la partie qui prend plus de temps étant donné qu’elle est souvent accompagnée d’une étude de la clientèle de l’entreprise. Dès que l’assureur est sélectionné, la mise en place est immédiate. Au total il faut compter 1 à 3 semaines.

7. Est-il nécessaire de confier à l’assureur-crédit tous ses débiteurs ?

C’est avant tout une question de stratégie. Confier un nombre limité de débiteurs (voire un seul) équivaut pour l’assureur à pratiquer une forme d’antisélection ce qui se ressentira sur le prix final. Cette stratégie peut cependant être mieux adaptée pour l’entreprise.

8. S’il est chargé du recouvrement, l’assureur-crédit ne risque-t-il pas de faire fuir mes clients ?

Les entreprises tissent avec certains de leurs clients des relations privilégiées qu’elles ne voudraient pas voir remises en cause de par l’intervention d’un assureur suite à un retard de paiement. Les assureurs sont conscients de cet état de fait. Ils interviennent de concert avec l’entreprise et même pendant la phase de recouvrement, ils ne perdent pas de vue que c’est leur argent et ils agissent ainsi en conséquence.